Hérédité : SOS famille en détresse

Tu aimes l’étrange, le glauque, le malsain, le dérangeant, les longs silences oppressant? Les disputes familiales à table virant à l’hystérie collective sont ton met favori? Tu es du genre patient, savourant des films d’horreur installant bien tranquillement leur histoire avant de t’offrir des scènes gore bien ragoûtantes ? Ne cherche plus, le réalisateur Ari Aster a créé Hérédité. Risques de sombrer dans la folie, te voila prévenu…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Ari Aster

Genre : Drame, Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée : 2h07 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

 

Hérédité 2018 affiche

L’histoire

 

Alors qu’Annie vient tout juste d’enterrer sa mère, une nouvelle tragédie s’abat sur sa famille quelques jours plus tard. Des phénomènes étranges et inquiétants commencent à apparaitre. Plus aucun doute possible, une malédiction a frappée les Graham.

 

 

 

 

Annie, are you okay ?  So Annie, are you okay? Are you okay, Annie?

 

« La vie, ça craint ! Et quand on croirait que ça peut pas craindre plus, ça peut toujours craindre un peu plus ! »

 

Tels étaient les mots de Phoebe Buffay découvrant pour la première « La vie est belle ». Heureusement qu’elle n’a pas vu le film dont je vais vous parler. Prêt à souffrir devant un film horrible n’en finissant pas de te malmener émotionnellement? Une année, c’est le temps qu’il m’aura fallu avant de me décider de découvrir « Hérédité », film dramatique et horrifique annoncé comme un « Exorciste nouvelle génération » et dont la bande annonce ultra malsaine m’avait dissuadé de le regarder ne serait-ce qu’au cinéma. Eternel petit curieux que je suis aimant comprendre pourquoi tel ou tel film a obtenu un succès critique et commercial, j’ai tenté, et j’ai tenu jusqu’au bout ! Les premières minutes ont été dures, pas mieux pour la suite.  « Hérédité » m’a mis mal à l’aise comme je l’imaginai. Sauf que je ne pensais pas qu’il irait aussi loin dans le délire. Attention, si chez toi c’est déjà assez tendu et que les cris hystériques, tu n’en peux plus, évites d’en rajouter une couche en regardant ce film.

Hérédité film 2018 Annie apercevant sa défunte mère se tenant à la porte d'entrée
Encore un vilain tour du fantôme d’une grand mère schyzophrène?

La mise en scène, les musiques inquiétantes, ces petits airs du « Shining » de Stanley Kubrick grâce à ses jeux de perspectives intégrés par le biais des maquettes fabriquées par Annie (qui ne va PAS aller bien du tout), le tout, additionné à des silences morbides interminables, niveau ambiance tendue, « Hérédité » met le paquet.

Hérédité film 2018 Charlie tenant la tête d'un pigeon dans ses mains

C’est sale, c’est laid, c’est pas rassurant, les personnages semblent n’éprouver aucune émotion, mais il y en ressort quelque chose de fascinant. Clou du spectacle à l’introduction de la petite Charlie, gamine introvertie dénuée d’émotions et au visage atypique donnant la sensation qu’elle vient tout droit de l’univers de « La colline à des yeux ». Charlie dont on éprouve d’emblée une profonde empathie pour sa solitude liée à son handicap. Excepté que, revirement de situation, elle remet en doute notre compassion à partir du moment où elle mange une tablette de chocolat en regardant avec insistance le cadavre d’un pigeon puis lui coupe sans raisons au ciseau la tête pour la glisser dans la poche de son sweat. De par son apparence, ses petits claquements de langue incontrôlables amplifiant sa personnalité perturbante et le fait que nous naviguions dans un film d’horreur, on se dit logiquement que Charlie sera notre antagoniste. Ou elle est possédée par un esprit démoniaque, ou elle le sera.

Hérédité film 2018 Annie dans un groupe d'entraide

Ce petit sadique d’Ari Aster va nous balader pendant plus de 40 minutes, puis vient une première scène choc d’une horreur et d’une injustice sans nom, balayant nos prévisions. Dès lors, « Hérédité » basculera vers tout autre chose, continuera de nous mettre sur de multiples fausses pistes. Il faudra tenir bon jusqu’à la fin si vous voulez avoir le fin mot de l’histoire. Vous n’aurez pas perdu votre temps. Cependant, aux âmes sensibles, la dernière partie est à zapper tant l’horreur illustrée y sera insoutenable.  A coté, la fin de Paranormal Activity 3 vous semblera soft.

 

« Pardonne-moi tout ce que je n’ai pu te dire. Ne me hais pas et ne pleure pas trop tes pertes. Tu verras, cela en valait la peine. La récompense l’emportera sur notre sacrifice. »

 

Quand tu crois que le pire est passé mais qu’en fait…le pire est à venir

 

Le jeu des acteurs est pour moi l’élément sur lequel repose toute la réussite de ce film. Que ce soit la petite Milly Shapiro et son apparence mi-jeune fille/mi-jeune femme, Alex Wolff en adolescent confronté à de terribles épreuves, Gabriel Byrne en mode père de famille équilibré (le seul) poussé à bout, et Toni Collette juste MAGNIFIQUE descendant de plus en plus en enfer, d’un point de vue acting, « Hérédité » atteint les sommets d’authenticité. Je repense juste à cette séquence de dispute familiale à table. Pour dire à quel point c’est bien foutu, j’ai eu véritablement la sensation d’être en leur compagnie, à sentir l’incompréhension, la montée de colère de Gabriel Byrne. La colère m’a gagné en même temps que lui, au point d’éprouver l’envie de quitter la table histoire d’éviter de faire une syncope ou finir derrière les barreaux pour homicide familiale.

Hérédité film 2018 Peter se réveille en pleine nuit
Le pauvre Peter va vivre le pire moment de sa vie d’adolescent.

Il y a des longueurs, des moments où tu te sens perdu, dans l’incompréhension totale, ayant la sensation que le réalisateur s’est emmêlé les pinceaux en cours de route, pire, tu te demanderas si le titre du film ne fait pas de l’hors sujet. Tout a un sens, « Hérédité » prend juste du temps pour tout éclaircir. D’un point de vue ambiance et jeu d’acteurs, c’est du pur délire. Tu assistes à une nouvelle déchéance familiale d’une petite famille tranquille qui en a déjà bien bavée par le passé. Paye tes séances chez le psy. ET pour les protagonistes du film, ET pour toi-même.

Hérédité film 2018 Annie se mettant en colere contre son fils à table

Hallucinations cauchemardesques, apparitions fantomatiques, cadavres, signes sataniques, possessions choc, reflet démoniaque dans une vitre, séance de spiritisme, nuée de mouches soutenant des odeurs écœurantes, et bien d’autres, tout ceci est certes classique, Ari Aster arrive toutefois à illustrer ses éléments du cahier des charges du genre d’une manière dérangeante, mettant nos nerfs à rude épreuve au point de nous donner l’impression de faire parti intégrante d’une histoire où quelques indices sur le pourquoi du comment y sont semés. Quand ce n’est pas à coup de scènes d’horreur choc, c’est sur le plan psychologique qu’Hérédité vous met à mal. Il n’ira pas de mains mortes ni avec toi, ni avec les héros dont tu suivras les péripéties. Qui qui c’est qui va aller voir le psy lundi ? C’est Toni Collette et Alex Wolff. Et…peut être moi…

Hérédité film 2018 Annie sous le choc devant un corps en flamme dans son salon

Névroses, crise de somnambulisme, crises de jalousies, haine profonde, secrets inavoués, deuil, plutôt pas mal rajouté aux scènes d’horreur. Pour un peu, ne manquerait plus que le film soit le premier à briser véritablement le quatrième mur en parvenant à nous causer quelques souffrances physiques. Ca m’apprendra à jouer les curieux ! Surprise en s’apercevant l’absence d’intégration d’éternels Jump Scare, Ari Aster, identiquement à James Wan et son « Conjuring », a compris comment mettre valeur la peur. Elle sera visuelle, et tel du venin, se répandra à mesure de l’avancement de l’intrigue. Pur cauchemar ambulant, tu ne sauras jamais s’il est mieux de continuer de t’infliger le visionnage ou éteindre le film pour regarder un épisode des Télétubbies.

 

Au final, « Hérédité », le genre de film où l’on se dit qu’on va passer une charmante nuit. Troublant, dérangeant, malsain, oppressant, l’histoire tragique de cette œuvre en déstabilisera plus d’un, sa conclusion achèvera en beauté les plus sensibles. Même les férus de film horrifiques n’y échapperont pas. J’ai aimé le jeu des acteurs, la photographie, la mise en valeur de l’horreur et l’ambiance mais j’ai eu du mal, BEAUCOUP de mal à tenir jusqu’au bout. Caleçon sec, aucune goutte de transpiration, esprit clair, cœur battant à un rythme régulier, il est où mon trophée pour avoir survécu au visionnage d’Hérédité?

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.