Street Trash : Viper, l’alcool qui arrachait vraiment la gueule…et plus…

Vous ne supportez pas l’alcool ? Ca tombe bien, ce film va continuer à vous dissuader d’en prendre. Vous avez survécu sans trop de dommages à Cannibal Holocaust et sa scène de la tortue, les expériences répugnantes du Re-Animator, 2001 Maniacs et son village de tarés et Zombie avec toute cette chair arrachée ? Votre estomac a réussi à tenir le choc de la séquence de la crème Anglaise dans Braindead ? Alors vous êtes paré pour Street Trash.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Jim Muro

Film Américain

Genre; Epouvante, Horreur, Comédie noire

Durée: 1h35 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

Le film qui guérissait de l’alcoolisme

 

Braindead, Bad Taste et autres films horrifiques à petit budget des eighties comptent un autre ovni à petit budget : Street Trash. Je ne saurai que trop vous recommander d’éviter de grignoter pendant le visionnage pour le bien de votre moquette, colocataire, fiancé. Embarquez pour une satire sociale horrifique et comique où ses personnages principaux sont des clochards perdus, en profonde détresse, livrés à eux-mêmes dans une ville qui ne les aide pas et les rejettent. En réponse : anarchie totale dans les rues.

Street trash deux clochards assis sur des marches dans une rue de Brooklyn

Brooklyn vous accueille à bras ouverts dans un de ses quartiers malfamé.  Bienvenue chez les clochards où vous suivez le quotidien de plusieurs personnages. Le degré de méchanceté et de bêtise varie, seul un jeune sdf amoureux transi d’une jeune asiatique et vivant avec son frère semble avoir encore gardé du bon en lui. Les autres, c’est du trash et vous allez assister impuissant à leur folie destructrice. Vols, viols, meurtres, bagarres, aucun remords, l’alcool et la folie faisant partie de leur vie, ils ne savent plus distinguer le bon du mauvais. Toute cette vulgarité et cette débauche parfois violente auraient pu choquer. Heureusement pour vous, tout est tourné de sorte à ne pas être pris au sérieux. Un miracle compte tenu des séquences.

street-trash-tenafly viper bouteille d'alcool
Cet alcool va un peu trop vous réchauffer le corps.

Le Karma vient frapper à la porte de nos SDF. Le hasard fait bien les choses, l’alcool aura raison d’eux. Le petit commerçant du coin chez qui nos amis sans-abri vont se réapprovisionner vient de faire l’acquisition de « Viper », un nouvel alcool et celui là, il est corsé. Vous êtes plutôt bière ou alcool fort ? Dans votre intérêt, gaffe à ce que vous mettez dans votre gosier. Une petite gorgée de Viper et vous fondez de l’intérieur puis de l’extérieur comme neige au soleil. Explosion purulente et acide, gare à ne pas vous retrouver face à celui ou celle qui aura ingéré l’alcool mortel.  Sa suinte, sa voit sa peau rongée telle un crachat d’Alien, les corps en liquéfaction giclent et changent de couleurs.

Street trash clochard fondant dans une cuvette de toilette

Oh les belles morts colorées ! Violet, bleu canard WC (vous comprendrez pourquoi), jaune, le réalisateur, pour éviter de subir le courroux de la censure (déjà que question nudité et scènes de sexe, c’est pas la joie même si suggéré), a eu l’idée de remplacer le sang par des fluides corporels fluo. Comme d’un fait exprès, ce sont uniquement nos clochards qui vont acheter des bouteilles de Viper. Un coup du gouvernement ou simple coïncidence ? De quoi nettoyer les rues de plus en plus occupées par ces personnes obligées d’opter pour la technique de la loi du plus fort. Tant pis si chacun ira très loin pour un petit billet d’un dollar.

 

Street Trash ou le doigt d’honneur au rêve américain

 

Culotté, ce film est culotté. Street Trash, c’est du cinéma d’expérimentation. Ne vous inquiétez pas si la caméra cadre mal, si lors des 5 premières minutes vous vous demandez s’il va dans votre intérêt d’arrêter le visionnage. Dites vous que oui, il faut continuer. Si par moment vous avez la sensation d’ivresse, c’est l’image, pas vous.  L’image donne de nombreuses fois cette sensation que notre télé est tombée dans la flotte. Allez savoir pourquoi. Street Trash est à voir pour son coté second degré mixé au premier degré. C’est un film vous montrant la nature humaine à sa représentation la plus sale et sauvage. Retirez tout le confort d’un être humain, voyez le résultat.

Street trash une femme hurlant en voyant son mari jeté sur le pare brise de sa voiture

Nos personnages principaux et secondaires jusqu’aux figurants, tous sont montré tels des rats d’égouts rampants dans les rues en quête d’alcool, de nourriture et de sexe. Les obèses pervers dégoulinant de sueur et de crasse et beaux parleurs sont légions chez Street Trash. Le réalisateur n’a pas peur de nous montrer la dure réalité de la vie, l’existence de sans-abris, l’incapacité des forces de l’ordre à tout gérer. Les paysages sont crades, la police, en particulier Bill le policier « balèze » remonté à bloc tente de nettoyer tout ce foutoir, qui plus est depuis la découverte de ces morts liquéfiés.

Street trash Bronson

La majeur partie de l’histoire se déroule dans une décharge de voitures transformée en bidonville où certains sdf en ont profité pour s’y installer, le tout commandés par un vétéran du Vietnam au physique de colosse devenu complètement dingue, quasi intouchable et pas DU TOUT gentleman avec la gente féminine. Les exclus et marginaux sont donc mis à l’honneur sous leur plus mauvais jour. Si vous avez un boulot et un logement, ne passez pas par ce coin ! Les séquences wtf sont multiples comme cette séquence de partie de football improvisée où le ballon est remplacé par un objet pour le moins « original » suffisant à indiquer dans quoi vous avez mis les pieds.

 

Au final, ambiance anarchique, musique rock, surprises continuelles, humour noir, ce classique du cinéma trash est ridiculement succulent.

 

 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.