Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn : La Harley Quinn qu’on attendait

Son introduction n’aura pas été celle que l’on désirait et pourtant, son interprète, beaucoup trop attachée à ce personnage n’était pas prête à l’abandonner. Quatre ans après Suicide Squad, Margot Robbie revient avec sa Harley Quinn pour une aventure solo…enfin presque. Birds of Prey va-t-il réparer les grossières erreurs du « suicidaire » Suicide Squad? L’heure est-elle à la résurrection pour Harley? L’ancienne assistante du Joker déclare son indépendance et elle n’est pas seule. Birds of Prey débarque enfin dans les salles.

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Cathy Yan

Genre : Action, Comédie

Durée : 1h45 environ

Interdit aux moins de 12 ans

 

L’autonomie, on l’a ou on l’a pas…elle, elle l’a…

 

« Les histoires d’amour finissent mal en général » disait Grand Corps Malade. Il avait raison. Harley Quinn et le Joker ne sont plus ensemble. Je sais, c’est dur. Lâchement jetée à la rue par Monsieur J ou « poussin », Harley Quinn, après une grosse déprime, reprend des forces, devient indépendante et prouve qu’elle peut exister sans un mec qu’elle colle aux basques. Il est temps pour elle de prendre un nouveau départ en solo. Enfin presque. Sous la direction de Cathy Yan, cette réécriture du personnage ultra sexualisé dans Suicide Squad a été plus ou moins réinventée tout en gardant ce qui a été écrit dans son film précédent. Un film de filles écrit par une fille, après Wonder Woman, on est sûr à 80% que ça sera mieux raconté qui si c’était un mec.

Birds of prey dessin du joker gribouillé

Dans Birds Of Prey, on parle émancipation féminine et on le fait de manière subtile. Harley ne sera pas la seule fille à s’émanciper et c’est l’un des points positifs de ce film. Les propos de sa nouvelle histoire sont efficaces et même si il est vrai que ca reste classique, que ca assume sa portée féministe, ça a le mérite d’offrir aux spectateurs novices dans l’univers d’Harley Quinn et du Batman ce qu’ils demandaient.  Même celles et ceux découvrant pour la première fois Harley Quinn auront droits à des explications sur son histoire et les personnages qu’elle sera amenée à croiser. Penser avant tout aux nouveaux venus, sympa pour eux.

Birds of prey Harley Quinn et sa hyène Bruce mangeant un réglisse

Une première partie très efficace donnant le ton en brisant le quatrième mur, une narration originale jouant avec les aller retours « passé, présent, futur » pour nous transporter dans cet univers loufoque et clownesque, Birds of Prey va habilement entrecroiser les destins de ses héroïnes. Harley raconte son histoire n’importe comment. Elle fait ce qu’elle veut, c’est SON film. Enfin en solo, enfin débarrassée de l’homme qui a fait ce qu’elle est, Harley Quinn « Margot Robbie » peut pleinement exploser en jonglant entre le coté femme-enfant, l’ancienne psy lucide et la femme démente aux gouts originaux (et parfois un brin morbide) balançant des punchlines déglingos, le tout sous un humour potache qui ne déplait pas même si il est vrai que ca manque un peu plus de folie.

Birds of prey Harley quinn capturée par les hommes de black mask

Qu’importe les quelques défauts, qu’importe s’il a multiples libertés par rapport aux comics, le travail est fait, nous nous baladons avec plaisir dans l’univers d’Harley, découvrant sa nouvelle vie, ses gouts et les répercussions de son association avec le Joker. Oh et pour les fans de Batman The Animated Serie, ENFIN elle a sa petite hyène de compagnie portant le doux nom de « Bruce ». Désormais seule, sans protection, tous ceux qui ont eu affaire à elle et Mr J la recherchent pour la faire payer. Et ça, c’est drôle, offrant une bonne dose de rencontres improbables.

Birs of prey Harley quinn entourée de ses nouvelles équipières

Birds Of Prey en profite pour introduire tout plein de personnages issus de l’univers de Batman. Certains déjà découvert dans le Arrowerse ou la série Gotham, d’autres en animés. Black Mask est le grand méchant de l’histoire et Warner frappe fort en choisissant Ewan « Hello there » McGregor. On ne doutait absolument pas du talent de l’acteur à se glisser dans la peau de se méchant complexe aux allures de Joker « la folie en moins ». Roman Sionis, élégant, narcissique, méticuleux, maniaque de la propreté dérange et son assistant, Victor Zsasz, l’est tout autant. Deux personnages qui font vraiment flipper grâce à une psyché creusée de façon efficace.

Birds of prey Harley quinn et Cassandra marchant au milieu de la route la nuit
Vous le voyez le petit hommage à un des plans de « Leon » de Luc Besson?

Sans pour autant être une claque visuelle, Birds of Prey s’en sort bien mieux que les derniers films Dc sorti. Ca sent le doux parfum de fête foraine rétro avec sa musique hyper forte pop rock et cool raisonnant dans nos tympans et nous donnant envie de danser. Le sombre et sale Gotham City se retrouve transformé le temps de ce film en fable cartoonesque ultra colorée avec des séquences en slow-motion et des combats bourrins jubilatoires. Chad Stahelski aux commandes des chorégraphies, la caméra est maitrisée que ce soit lors des scènes d’action ou des moments posés.

Birds Of Prey Harley Quinn armée d'un lance grenades un peu spécial
Harley Quinn armée d’un lance grenades un peu spécial. Vous allez aimer.

Les filles cognent aussi fort que les mecs, le sang gicle et les membres craquent, les décors sont diverses et variés, le spectacle il est là. La sidekick qui changera notre anti-héroïne, les acolytes réunis vers la fin de l’histoire, le méchant sadique et son subordonné encore pire, Birds of Prey possède toutes les caractéristiques du film d’action pour mec sauf que là, la gente féminine prend sa place.

 

Au final, voila ce à quoi Suicide Squad aurait dû ressembler. Enfin du vrai film d’Harley Quinn pour une comédie d’action loufoque et cool nous faisant passer un bon moment. Pas de fan service à foison et mal placé, pas de forcing du féminisme, du Deadpool au féminin un poil plus gentillet question franc parler, une histoire un peu classique, une Black Canary bien jouée qui nous fait pourtant un hors sujet, mais des actrices et acteurs interprétant avec plaisir leurs personnages respectifs et une ambiance originale qui plaira autant aux adolescentes qu’aux fans de comics et d’action bourrin. Une belle petite surprise. Finalement l’univers filmique de Dc n’est pas encore mort. Il semble bien continuer à prendre un nouveau départ.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.