Ad Astra : Brad Pitt sur le chemin de Neptune, et de son père

De la Terre à la lune puis de Mars à Neptune, partez aux cotés de Brad Pitt à la recherche de son père Tommy Lee Jones disparu depuis plus de 16 ans lors d’une mission de recherche de vie extraterrestre à proximité de Neptune. Durant son voyage, il devra faire face à des révélations qui pourraient bien menacer la Terre. Après The Lost City of Z, James Gray vous propose de retourner dans l’espace avec Ad Astra. Promis, le chat noir de Sandra Bullock n’est plus…

 

Fiche Technique

 

Réalisé par James Gray

Genre: Drame, Science fiction

Film Américain

Durée: 2h03 environ

 

Road movie spatial

 

Passionné par l’astronomie depuis ma plus tendre enfance, je ne rate jamais un film spatial. Œuvres de fiction ou historiques, de « Gravity » à « First Man », « Life Origines inconnue », « Space cowboys », « Sunshine », ou bien « Starship Troopers », peu de déceptions, que de bonnes surprises. Je l’ai attendu avec impatience ce Ad Astra après être sorti de la séance de « First Man » des étoiles plein les yeux. Que vaut ce nouveau film sur la conquête spatiale ? Vais-je une nouvelle fois avoir du mal à marcher et me raccommoder à la gravité terrestre ? Pas de bol cette fois, je n’ai pas pu voir le film au cinéma, je dois me rabattre sur le Bluray. Le niveau d’immersion va drastiquement baisser, qu’importe, je ferai avec les moyens du bord.

vlcsnap-2020-02-08-15h51m43s852
La scène d’introduction commence plutôt bien, j’ai failli tomber de mon lit!

Dans un avenir proche, les hommes ont déployé de grosses sommes d’argent afin de multiplier les missions spatiales et rendre habitables certaines planètes. La lune a désormais sa base, Mars aussi. Roy McBride, ingénieur et astronaute, après avoir échappé à la mort lors de perturbations liées à des rayons cosmiques venus de Neptune, est envoyé pour une mission: retrouver son père Clifford McBride disparu il y a des années lors d’une mission de recherche.

vlcsnap-2020-02-08-15h55m41s134

Ni une ni deux, Roy, déterminé, calme, concentré, laissant de coté tout ce qui pourrait perturber sa mission est très vite seul et livré à lui-même, partant et entamant une longue traversée du désert cosmique où il devra faire face à de nombreuses épreuves dans un monde où la lutte pour les ressources n’est pas terminée, elle s’étend dans l’espace. Mon petit coté cinéphile naïf aime à imaginer que la présence de Tommy Lee Jones et Donald Sutherland, aurait pu faire écho au film Space Cowboys.

 

Tous les espoirs que nous placions dans le voyage spatial, défigurés par des distributeurs de boissons et marchands de tee-shirt. Un simple calque de ce que nous voulions fuir en quittant la Terre. Nus sommes des dévoreurs de mondes. Si mon père voyait ce que c’est devenu, il mettrait tout ça par terre.

 

Vers les étoiles

 

Si l’on prend uniquement en compte la beauté de la photographie, la sensation d’immersion/vertiges/changement de pesanteur, et le jeu de Brad Pitt, alors oui, Ad Astra peut être qualifié de chef d’œuvre. Si par contre nous creusons plus, demandons crédibilité et émotions humaines, le chef d’œuvre n’a pas lieu d’être qualifié de la sorte puisqu’on lui a retiré le primordial. A vous qui vous vous attendiez à revivre le même type d’expérience que celle procurée dans Gravity avec son trop plein d’émotion et de musiques puissantes, passez votre chemin.

vlcsnap-2020-02-08-15h51m58s906

Ad Astra ne plaira pas à tout le monde. En tout cas pas aux amateurs de scènes d’action spatiales et ceux désirant voir du drame humaniste poignant. Du pur drama intimiste voyant son héros en constante introspection. A travers on histoire, le réalisateur James Gray se sert de son univers de science fiction comme d’une métaphore des problèmes humains. Nous est parlé de la quête de soi, de relation père/fils, de soif de connaissance scientifique, d’admiration paternaliste mais de rancœur envers l’absence de ce même père dévoué uniquement à son travail et délaissant sa famille, et d’erreurs répétées de générations en générations.

vlcsnap-2020-02-08-15h53m43s997
C’est indéniable, les multiples plans contemplatifs sont renversants.

Les problèmes, Ad Astra les cumule. Difficile d’imaginer  Brad Pitt interpréter un personnage fade et pourtant, c’est une vérité. Ajouté à un manque de suspense, d’enjeux et de fun, Ad Astra peine à nous convaincre et nous donner envie de plonger dans son intrigue. Cette quête du père dans l’espace n’arrive pas une seule seconde à passionner alors qu’elle a en sa possession toute une ribambelle d’éléments permettant de faire la différence.

vlcsnap-2020-02-08-15h54m45s262

C’est du film philosophique mais du film philosophique mou, sans saveur, peu inspiré, dénué d’émotions permettant d’éprouver ne serait-ce qu’une toute petite portion d’empathie envers son personnage principal. Brad Pitt est pourtant à l’aise dans son personnage. Toutefois, ce que nous désirons, ce que nous attendons d’un film de ce genre c’est de voir son héros en baver physiquement et émotionnellement lors de son trajet plutôt que de l’entendre parler de ses regrets et envies. Surtout quand on se rend compte en moins de 45minutes que son personnage coupé du monde et entrainé à faire taire ses émotions afin d’être 100% opérationnel quitte à finir seul, est hyper creux.

 

J’ai hâte de voir le jour où je dirais adieu à la solitude. Où je serai chez moi.

 

Alors on se rabat sur le visuel, sur ce voyage spatial amusant, sur les trois/quatre scènes d’action courtes mais sympathiques (la balade sur la lune tournant au western lunaire), prêt à faire main basse sur les incohérences grossières insultant presque les films du genre (les lois de la physique, les lois spatiales et temporelles en prennent un sale coup), profitant du peu de temps de présence d’un Tommy Lee Jones génial et de l’aspect géopolitique de la conquête spatiale bien mené. Suffisant pour donner un quelconque intérêt de voir Ad Astra ? Non, il y a bien mieux, plus inspirant, plus profond et encore plus beau que ce long métrage.  Dans le même genre, même le complexe Interstellar était plus passionnant, émouvant et moins soporifique.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.