Phantom Manor à Disneyland Paris

A tous les amoureux de Manoir Hanté, le Manoir des Ravenswood de Disneyland Paris a subit il y a un an de cela une refonte. Pourquoi je vous en parle? Quel rapport avec mon blog sur le cinéma? Parce que la nouvelle version du Manoir est une pure expérience immersive où vous êtes plus qu’un simple spectateur suivant une histoire mêlant horreur, mystères et romance. Suivez le guide pauvres mortels, regardons tout cela d’un peu plus près…

 

De quoi parle cette attraction?

 

Disneyland Paris, dans la zone de Frontierland, zone où la thématique est celle du Western. Situé sur la colline de Boot Hill près d’un cimetière, une riche famille possédant une mine dans les montagnes de Big Thunder Mountain, vivait dans un Manoir à Thunder Mesa, ville fondée à la fin du XIXème siècle. Vivait là bas Henry Ravenswood, sa femme, et sa fille Mélanie. Henry, était un homme très possessif, si possessif qu’il voulait à tout prix garder sa fille auprès de lui. Cette dernière fut fiancée à un homme qu’elle aimait éperdument. Hélas, ce dernier ne voulait pas vivre dans le Manoir Ravenswood, ce qui rendit fou de rage Henry.

La veille du mariage, un terrible tremblement de terre semblant venir de la mine frappa tout Thunder Mesa. Henry et sa femme Martha y perdirent la vie. Cela n’empêcha pas Mélanie de se marier. Mais le jour J, le marié manqua à l’appel. Effondrée, la mariée s’enferma dans le manoir et à partir de ce jour, personne ni sortit, ni n’y entra. Dès lors, le manoir, de l’extérieur perdit de sa clarté, les arbres et fleurs de ce splendide jardin flétrirent et puisqu’il ne semblait plus y avoir âme qui vive, le Manoir Ravenswood prit le nom de Phantom Manor. Il paraitrait que Mélanie attend toujours son futur époux, errant dans le manoir. Certains habitants de Thunder Mesa disent l’avoir vue à la fenêtre du premier étage.

phantom-manor-window-melanie

Des années plus tard, sans que l’on s’y attende, des domestiques réussirent à s’enfuir du manoir, disant avoir été tyrannisé par des esprits maléfiques dont l’un ressemblait étrangement à Henry Ravenswood. Été 1993, le manoir rouvre et les plus curieux viennent pénétrer dans ses lieux, espérant découvrir le fin mot de toute l’histoire entourant ce Manoir énigmatique. C’est là que nous apprenions une partie de la vérité.

20180109_100553

3 Mai 2019, après avoir été fermé plusieurs pour enquête suite à de nombreuses histoires d’esprits fantomatiques hantant les lieux, Phantom Manor rouvre ses portes au public. Les zones d’ombres entourant la malédiction des Ravenswood semblent sur le point de s’éclaircir. Toute la question est de savoir si vous aurez le courage d’entrer en ses lieux…

 

Imaginez la possibilité de jouer un rôle de figurant dans un film de Manoir Hanté?

 

Fin Mai 2019, je faisais enfin cette mise à jour de Phantom Manor. Et quelle mise à jour! J’ai tellement de choses à dire mais je ne voudrais pas trop en dire afin de ne pas vous gâcher la surprise. Plus d’un an d’attente interminable pour tout ce qui pour moi, fait le charme de Disneyland Paris. Phantom Manor et Pirates Of The Carribean sont deux attractions incontournables. Sans elles, Disneyland Paris perd de son charme. Petit plus pour Phantom Manor puisque j’ai toujours été fasciné par les Manoirs. Quand en plus on vous y rajoute une histoire tragique, BANCO!

phantom-manor-disneyland-paris
En vue des premiers retours sur cette remise à neuf, le changement de voix du narrateur (le grand Vincent Price revient d’outre tombe pour nous conter l’histoire, aidé en Français par Bernard Alane, remplaçant de Gérard Chevalier), la modification de quelques musiques, de l’histoire, j’avais tellement peur qu’on est dénaturé l’âme de l’attraction. Peur pour rien. Quelle beauté! Que de frissons de plaisir. Ça sent tellement bon l’univers de Tim Burton. Il faut d’urgence qu’on fasse une vraie adaptation cinématographique de cette attraction!

Phantom-manor-journal-thunder-mesa
Envouté, mélancolique, amusé, médusé, un poil terrifié, horrifié, difficile de donner les sensations tant j’ai été chamboulé. Jamais je n’avais ressenti pareilles sensations. L’attraction, je ne l’ai pas vécu comme si je faisais une attraction, plutôt comme si je faisais une visite et suivais une histoire sans malheureusement intervenir. Mon amour pour Phantom Manor, son histoire et le personnage de Mélanie ont décuplé.

phantom-manor-salle-de-bal

La fascination du morbide, certains y éprouvent du plaisir. Non pas plaisir malsain, non pas par folie. Aimer le morbide est ambigu car mêlant fascination et répulsion. Le macabre plait parce qu’il est signe d’empathie. Nous expérimentons la souffrance d’un autre (ici, la souffrance de Mélanie) et cette expérimentation, elle nous rassure. Nous temporisons en quelques sortes nos angoisses, notre peur de la mort, étant confronté à celle-ci par le biais de lecteurs de romans, visions de films d’horreur ou ici, attraction horrifique. Il se passe la même chose en vadrouillant dans le Manoir des Ravenswood et ce sont ses raisons énumérées qui font que j’ai tant apprécié cette expérience.

20190910_142544
Les murs de cet ascenseur secret ont vu leurs portraits changer, dévoilant quatre prétendants malchanceux.

Après avoir passé les grilles du domaine, parcouru le jardin du Manoir ressemblant à s’y méprendre au Manoir de Norman Bates, lorsque les portes de la demeure s’ouvre, nous sommes accueilli par une voix pour le moins accueillante, bien moins ténébreuse et plus chaleureuse que la précédente. Un leurre pour nous appâter et ne plus jamais nous faire revoir la lumière du jour? Notre mystérieux et chaleureux hôte sera notre guide….brièvement. Dans le hall, impossible de ne pas fixer ce tableau d’Henry et Mélanie sans y ressentir une certaine mélancolie tant nous connaissons la tragédie les entourant.

 

Lorsque d’étranges et inquiétant bruits se font entendre tout autour, c’est que le fantôme des lieux se manifeste.

 

Les portes se ferment discrètement, tout comme l’est l’extérieur de la demeure, la pièce, ravagée par le temps, retrouve par magie un aspect plus neuf, le Manoir semble retrouver sa splendeur d’antan, même le tableau des Ravenswood père et fille semble avoir changé. Les portes d’une pièce secrète abritant un ascenseur s’ouvrent devant nous, nous faisant prendre connaissance de nouveaux faits. Mélanie n’a pas été courtisée qu’une seule fois, elle n’a pas eu qu’un fiancé. Ses quatre prétendants ont cependant été malchanceux, disparaissant tous dans des circonstances pour le moins…étranges.

 

Hélas les choses ne sont pas toujours se qu’elle paraissent et tous les contes n’ont pas de fin heureuse.

 

Les lumières s’éteignent tout à coup, un éclair semblant venir de dehors frappe le plafond de l’ascenseur, un fantôme, LE fantôme qui hantait Mélanie et le Manoir dans la première version de l’histoire réapparait sous des traits plus terrifiants.

 

Si vous ne trouvez pas le moyen de vous échapper, le fantôme des lieux se fera un plaisir de vous y aider…

 

Nous sommes piégé, obligé de suivre un parcours en espérant y trouver une sortie. Nous sommes arrivé dans une galerie de portraits s’animant à chaque coup de tonnerre. Ses tableaux nous aident à en apprendre encore plus sur l’histoire. Tout porte à croire qu’Henry Ravenswood est lié aux disparitions des futurs prétendants de sa fille.

phantom-manor-galerie-de-portraits

« N’ayez pas peur, allez y, avancez ». Puis arrive la zone d’embarcation, en bas d’un grand escalier donnant sur une baie vitrée où nous rencontrons pour la première fois Mélanie Ravenswood, bouquet de mariée à la main, semblant attendre quelqu’un ou quelque chose. La baie vitrée nous montre l’extérieur. Le ciel clair a laissé place au ciel sombre, le tonnerre gronde, le vent souffle. Sans savoir ce qui nous attend, nous montons dans des wagonnets portant le nom de « Doom Buggy » nous conduisant d’un long corridor jusqu’aux différentes pièce du Manoir et…peut être au delà… .

phantom-manor-melanie-regardant-à-la-fenêtre

A partir de là, tout sera à la fois terrifiant, fascinant et tragique. Cette première scène m’a scotché, de la même manière qu’en arpentant le chemin dans le corridor, à la fois élégant et lugubre (la statue qui nous regarde, déjà j’étais fan de la première version mais la deuxième est mille fois mieux). La mise en scène digne d’un grand film horrifique est juste parfaite. Immersion totale, nous ne sommes plus chez Mickey, encore moins dans un parc d’attractions en Ile de France, nous sommes dans un vrai manoir installé dans une ville à la fin du XIX siècle.

mélaniephantom-manor-melanie-poursuivit-par-le-fantome-dans-un-corridor

Comme certains ont pu le relever, dans l’ancienne version, l’attraction, elle commençait en descendant au sous-sol. Là, elle commence dès la porte d’entrée passée et la musique emblématique, ce thème propre au Phantom Manor revu pour accentuer la sensation de vivre un semblant d’expérience cinématographique, nous suivra jusqu’à la sortie du manoir. Les effets visuels sont magnifiques, le travail sur les tableaux se modifiants est plus réaliste,  les musiques à coller des frissons. Je suis définitivement fan.

Le mystère entourant les Ravenswood n’est pas tant éclaircis que je l’aurai pensé et c’est tant mieux, c’est ce qui fait tout le charme de ce Manoir. A nous d’imaginer le reste. Je rappelle par ailleurs que pour cette deuxième version, l’histoire de la précédente n’a pas été oubliée, elle s’étend, tentant de dévoiler des zones sombres. Nous assistons impuissant à une véritable tragédie, injuste déchéance terrifiante d’une jeune femme à qui la vie aurait pu sourire si elle n’avait pas eu un père si possessif capable de tout pour se plaisir personnel. Et cette musique en rajoutant une couche pour vous donner une sorte de gout amer dans la bouche. Phantom Manor veut vous chambouler et pas de la façon que vous pensiez en franchissant le seuil de sa porte. Cette nouvelle version est donc loin de jouer la carte de la basique attraction divertissante que les autres attractions du parc. C’est une expérience psychologique et sensorielle.

phantom-manor-le-fantome-posté-à-coté-d'un-cercueil-et-une-corde
Le « Phantom » nous inviterait-il à nous pendre pour ainsi passer l’éternité au sein du Manoir?

Le petit coté cartoon de l’esthétisme de l’attraction a été abandonné au profil d’un rendu plus réaliste et crédible où les couleurs et l’aspect des fantômes ressemblent à l’univers de Beetlejuice. Ce qui ne sera pas au gout de tout le monde, en particulier nos chers enfants. Pour les plus sensibles, cette relecture risque de ne pas passer. Rien que le mouvement du « Phantom » en fin de parcours et les rires de Mélanie ayant visiblement sombré définitivement dans la folie, ça fou vraiment les chocottes. A conseiller au moins à partir de 10 ans. 

 

Je sais pas vous mais moi avec tout ce positif, j’aurai presque envie d’accepter la demande d’invitation de Mélanie pour passer l’éternité dans ce Manoir…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.