Color Out Of Space : Mettez un peu de couleur dans votre Nicolas Cage

Une météorite s’écrase et c’est la vie d’une famille tranquille qui s’écroule. Toutes les œuvres écrites d’H.P Lovecraft trouvent preneuses à Hollywood. « Color Out Of Space », son synopsis, la participation de Nicolas Cage et son affiche rétro ont eu raison de ma curiosité. Le glauque a élu domicile dans une ferme, Richard Stanley semble s’être imprégné  de l’horreur Lovecraftienne. Oserez-vous tenter l’aventure ? Moi je l’ai fait et je vous livre mes impressions.

 

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Richard Stanley

Genre : Science Fiction, Epouvante, Horreur

Film Américain

Durée : 1h50 environ

Interdit aux moins de 16 ans

Recommandation avant visionnage : aux personnes fragiles des oreilles, ne mettez pas le son trop fort

 

It’s raining Pink

 

On n’est pas nombreux à se souvenir de ces jours étranges. Ce qui s’est passé là-bas ne peut pas être expliqué ni compris par la science. C’était seulement une couleur, venue de l’espace…

 

Une météorite c’est encore écrasée sur notre planète et celle-ci ne renferme pas un gros chewing-gum vorace.  Après  avoir subit la fin du monde dans « Prédictions », la malédiction s’abat de nouveau sur Nicolas Cage. Mais il l’a bien cherché ! Ce qui lui est arrivé récemment dans « Mandy » ne lui a pas suffit. Dégouté par la société, il a préféré retourner dans la ferme familiale aux cotés de sa femme, sa fille, ses deux fils et son chien loup.  Rien d’autre que la forêt pour compagne, les Gardner vont vivre l’un des pires cauchemars dont ils ne s’en réveilleront pas.

color-out-of-space-ciel-remplit-d'étoiles

L’univers d’H.P Lovecraft, je l’ai découvert l’année dernière par l’intermédiaire de la franchise « Re-Animator » où folie, humour très noir et horreur cohabitaient. En sera-t-il de même pour ce « Color Out Of Space » ?

color-out-of-space-un-homme-portant-des-lunettes-prend-sa-femme-dans-ses-bras-en-regardant-la-nuit-tomber-dans-leur-ferme

A part Sandra Bullock, tout ce qui tombe de l’espace ne nous veut jamais du bien. Sauf que là, tout ne va pas se passer comme je l’ai vu autrefois dans d’autres films. « Le Blob », « The Thing », « L’invasion des profanateurs », que peut donc nous offrir « Color Out Of Space » en matière d’originalité ? La mort n’a pas besoin de forme physique pour tuer. Les ultraviolets et les infrarouges vont se mélanger, transformés en couleur rose violacée jouant les éléments perturbateur. Et si de simples couleurs visibles à l’œil nu pouvaient avoir raison de nous ?

 

Si un jour l’humanité devait rencontrer de vrais êtres venus d’ailleurs, à quoi pourraient-ils ressembler ? Et si pour une fois, leur apparence représentation n’était pas celle que nous nous faisons depuis des siècles ? Et s’il était impossible de les décrire ou même de les imaginer dans notre esprit ?

color-out-of-space-un-pèreède-famille-et-ses-enfants-se-précipitent-vers-une-météorite-écrasée-devant-leur-ferme-sous-les-yeux-de-leur-chien

L’un des objectifs du film que nous allons voir était de créer une entité qui ne corresponde pas à la vision humaine que nous avons toujours eu de ses êtres. La seule description que l’humain pourrait décrire ici serait une sorte de spectre de couleurs. En gardant cela à l’esprit, le réalisateur a donc opté pour des étranges vagues de lumières colorées. Vous le verrez lors de la dernière partie, ses couleurs ne faisant que de se balader et préparer le terrain, se mettront à attaquer sans toutefois le faire comme vous le pensiez.

 

Ironie alors que je vais parler de gens perdant les pédales, notre histoire se situe dans une ville appelée « Arkham ». Les cinq premières minutes la jouent étranges à tous les niveaux, puis le film, tout en lenteur, installe ses protagonistes et l’intrigue. Pour la plupart d’entre eux, certains traits de leur personnalité seront les premiers signes avant-gardistes de l’explosion de leur folie:

 

  • Papa Cage et son élevage d’alpagas qu’il tient comme à sa vie et qu’il trait comme des vaches lors d’une séquence déjà culte,

 

  • Sa fille, lectrice assidue et pratiquante des écrits du Necronomicon « me demandez pas comment elle l’a récupéré, ça reste une énigme ». La question est de savoir si ce dernier a un lien avec la menace s’abattant sur la famille Gardner ?

 

  • Un squatteur fou « mais pas si fou que ça » installé non loin de leur propriété,

 

  • Le petit dernier allant jusqu’à « buguer » dès le crash de la météorite,

 

  • Sa femme, que tu sens déjà dérangée à la seule vue de son comportement.

 

Visiblement, seul le fils cadet et le chien de la famille toujours présent l’un pour l’autre, héritent d’un esprit sain. Prions pour qu’ils survivent.

 

Color Out Of Space et son spectacle de jeux de lumières et sons étranges

 

« Mais qu’est ce qu’il se passe ? », cette phrase, vous allez la répéter pendant toute la durée de ce film. Un signe que l’histoire marche. Après le crash de la météorite, une succession d’étranges phénomènes vient perturber les Gardner. Si  les enfants et les animaux de la famille sont les premiers à subir les effets des couleurs, les parents, plus sceptiques, plus résistants sans doute, vont d’abord déguster à des effets indésirables. Hallucinations, odeur horrible persistante, excès de colère, problèmes dermatologiques.

 

Plus nous avançons, plus l’atmosphère devient dérangeante, grandissant de minutes en minutes, rempli de malsanité à faire fuir n’importe quelle personne saine d’esprit. Hors de question d’arrêter le visionnage, surtout pas avec une histoire pareille. Comment va-t-elle prendre fin? Va-t-on assister à un « Prédictions » Bis nous laissant de sérieuses séquelles ?

Color-Out-of-Space-un-homme-sort-de-sa-maison-entourée-de-végétation-violacée-monte-dans-sa-voiture

« Color Out Of Space » possédait tous les critères pour que je l’aime. J’aurai voulu qu’il en soit ainsi. Malheureusement, plein de choses m’ont convaincues à la fin du visionnage de ne jamais revoir ce film :

 

  • C’est courant dans les films catastrophes/horrifiques mais là, ça dépasse l’entendement. La réaction des personnages par rapport à ce qui arrive aux uns et aux autres. Comme si tout n’était pas si terrible alors que toi, devant ta télé, tu as des envies de pleurer tout en voulant dégainer ta cuvette posée au préalable à coté de toi pour y régurgiter tout ton quatre heure.

 

  • Certaines scènes choc montrées hors champ histoire de tempérer peut être l’horreur que l’on aurait pu voir sauf que vu ce qu’on a déjà vu, une scène de plus, une scène de moins, on est plus à ça près. Je dois vous dire que même si le CGI, remplaçant feu l’animatronique, a des ratés, ça reste atroce à souhait.

 

 

  • Une des plus grosses tare pour un film de cette envergure est de n’avoir que très peu justifié et argumenté le pourquoi du comment. Tout a été simplifié par manque de temps ou d’imagination. Pour avoir lu quelques extraits du livre truffé d’idées originales jamais vues dans un film de SF, c’est regrettable.

 

  • Le mélange violence graphique hyper glauque et tragédie, déjà il n’était pas passé dans les « Re-Animator », tu te doutes bien que là il passera encore moins. A tous les empathiques, ne regardez pas ce film. Je suis sérieux.

 

Justement en parlant de « Re-Animator », lui ne se prenait pas au sérieux. « Color Out Of Space » si. L’humour noir, si tenté qu’il y en est un, ne passe à partir du moment où les aliens attaquent à coup de scènes choc à vous en faire faire des cauchemars. L’univers Lovecraftien est bien là. Je n’adhère visiblement au contenu tout en étant charmé par le visuel.  

color-out-of-space-un-père-et-son-fils-choqués
Vous n’êtes pas prêt pour cette scène et ce qu’il s’en suit…

Les qualités que possède « Color Out Of Space » :

 

  • D’emblée : il est extrêmement bien réalisé. Le travail sur sa photographie et le lieu de l’intrigue, sur ce point, j’ai eu des étoiles plein les yeux. L’univers de Lovecraft mélangé aux plans que l’on pourrait voir dans du Spielberg, un régal.

 

  • Nicolas Cage égal à lui-même passant d’un père de famille calme jusqu’à un père de famille pas tout seul dans sa tête,

 

 

  • Nicolas Cage qui trait des alpagas (c’est juste grâce à ce type de scène qu’on aime autant l’acteur osant tout),

 

  • Et d’ailleurs, en parlant de tout oser, Nic va jusqu’à se moquer lui-même de ses choix capillaires, sujet de moquerie des « fétichistes des cheveux »,

 

 

  • Le caractère perturbant amplifié par plusieurs plans grâce aux jeux de lumières « lampes torches, phares de voiture, lampadaires »,

 

  • L’ambiance jonglant entre silence oppressant et son assourdissant accentué par des cris étouffer à te hanter jusqu’à la fin de jours,

 

 

  • La scène immersive de l’arrivée de la météorite en pleine nuit et celle de la foudre s’abattant plusieurs fois dessus, il en faut peu pour m’éblouir.

 

Il absorbe la vie de tout ce qui bouge. Il est venu sur terre avec le rocher. Il vit dans le puits. Il a grandi dedans. Il empoisonne absolument tout. Il transforme absolument tout en quelque chose du monde d’où il vient. En quelque chose qu’il connait. On sait tous que ça arrive, mais on ne peut pas y échapper.

 

Au final, « Color Out of Space » est « Space ». Nicolas Cage embarqué dans un nouveau délire tout droit sorti des écrits d’H.P Lovecraft, des envahisseurs dépourvus d’apparence physique,  des couleurs fluos, une bande son assourdissante et étourdissante, des références à « The Thing » où les chiens cèdent leur place à des alpagas, une ambiance de plus en plus malsaine et dérangeante avec de la scène répugnante, si vous avez les nerfs et l’estomac bien accrochés, tentez cette nouvelle mésaventure Lovecraftienne sinon, fuyez et évitez de boire au robinet.

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.