Primal : Nicolas Cage part à la chasse au jaguar et au tueur psychopathe

Force et respect pour l’un des grands du cinéma Hollywoodien. Nicolas Cage, Kevin Durand, Famke Janssen et un jaguar dans sa cage sont sur un bateau, le jaguar sort de sa cage. Que ce passe-t-il ? Que les choses soient claires, ce n’est pas une nouvelle blague à raconter pendant l’apéro, c’est un nouveau Nicolas Cage signé Nicholas Powell  portant le titre sobre de « Primal », et je vous en parle de suite! Série B de piètre qualité ou petit plaisir Nicolas Cagien ?

 

Fiche Technique

 

Réalisé par Nicholas Powell

Genre : Thriller, Action

Film Américain

Durée : 1h35 environ

Interdit aux moins de 10 ans

Aucun animal en image de synthèse n’a été maltraité durant le tournage

 

Dans la jungle avec Nicolas en mode chasseur

 

Plus de cinq films sortis en quelques mois, il va bien finir par y en avoir un dans le tas qui ne sera pas mauvais? J’ai tiré le gros: « Primal ». Ce bon vieux Nic part en jungle Amazonienne chasser du jaguar blanc créé sur l’un des premiers logiciels de modélisation 3D qui ne sera malheureusement pas le seul. A part quelques perroquets, n’espérez pas voir de beaux animaux sauvages. Pour 5 petites minutes, visuellement, je le sentais déjà mal.

 

Et bien ce n’est pas mal du tout cette ersatz de « Piège en Haut mer » Nicolas Cagesque! Ici, Nic campe Frank Walsh, anti héros aux allures de Mcleach (le chasseur de Bernard et Bianca au pays des kangourous) en plus gentil, dont le gagne-pain est de chasser des animaux sauvages et les revendre aux zoos.

Primal-un-chasseur-un-jeune-garçon-et-son-père-se-tiennent-devant-un-bateau-prêt-à-partir

Notre Nic écope de toutes les tares du type repoussant, il le sait et il en a rien à péter : début de ventre bedonnant, barbe capable de se désépaissir et épaissir toute seule à la lumière (peu d’hommes ont ce don), allergie aux hommes et à l’autorité, alcoolisme, arrogance, malhonnêteté, égoïsme et insolence. Rien que ça ! Mais sous cette carapace, il y a un petit cœur tendre battant fort. Je suis déjà fan.

 

Frank venant d’attraper un jaguar blanc avec une technique bien à lui, s’apprête à quitter Puerto Rico pour les Etats Unis. Des fédéraux escortant un ancien militaire surentrainé devenu assassin (Kevin Durand) viennent taper l’incruste. Le tueur ne pouvant être transporté par avion pour raisons médicales va logiquement trouver un moyen de sortir de sa cage et libérer tous les animaux sauvages durement attrapés par Nic.

 

Sans se séparer de son arsenal de vrai chasseur et pas de chasseur de galinette cendrée, Nic se met au boulot : Traquer l’assassin, récupérer reptiles, primates et les renfermer dans leurs cages. N’oublions pas le jaguar. Difficile de s’ennuyer devant ce programme.

 

Ouai ouai je sais, je suis pire qu’un animal, je mérite pas d’être sauvé, bla, bla, bla.

 

Cache-cache sur un bateau

 

Fidèle à son habitude, à fond dans son personnage à chaque fois, Nicolas Cage fait le show, ponctuant son interprétation de tout ce qu’on aime. Punchlines, gestuelle et expressions délirantes,  folie, arrogance et l’âme d’action hero enfouie quelque part pour quelques séquences de fight bien foutues pour du DTV.

 

Lorsque vous mettez en face un type aussi fêlé que Kevin Durand, soyez assuré d’assister à de belles petites scènes cultes. Parce qu’il faut toujours une femme parmi des machos man, Famke Jansen et son visage tellement plastifié qu’elle en est limitée à deux expressions faciales, va devoir remettre Nic sur le droit chemin, aidée par un petit portoricain tout gentil.

Primal-un-homme-accompagné-d'un-enfant-tient-en-joue-un-autre-homme-alors-qu'un-jaguar-blanc-s'approche-d'eux

Un pitch pareil, je m’attendais à un film déjanté du style « Un cri dans l’océan » avec, heureuse coïncidence, Famke Jansen. Pour éviter d’essuyer des moqueries supplémentaires, le réalisateur mise sur le deuxième enjeu de l’histoire.

 

L’intrigue se concentre tellement sur le tueur semant la zizanie sur le bateau qu’elle en oubli le jaguar, sujet de toutes les convoitises des cinéphiles, animal censé être la menace number one. Même si la promo tourne autour lui, le mammifère carnivore aime se faire désirer, tapis dans l’ombre de ce gigantesque bateau transformé en terrain de cache-cache entre des fédéraux loyaux « pour certains » et un tueur psychopathe.

 

-Vous avez entendu ? Dites adieu à votre chat.

-Vous tuez mon jagu…je vous défonce le crane c’est clair ?

 

Mon gout amer dans la bouche ne l’a pas tant été que ça, la déception aurait pu être pire si « Primal » avait été négligé sur le reste. Hors ce n’est pas le cas. En mettant de coté les animaux en images de synthèses, la prestation des acteurs, la réalisation de Primal sont loin d’êtres mauvaises.

 

Les scènes d’action sont lisibles, la psychologie des personnages bien développés, la présence de Nicolas Cage nous assure de passer quelques bons moments, ce huis-clos classique tient ses promesses question divertissement. Dois-je rajouter que Nicholas Powell a trouvé le moyen de glisser dans l’intrigue un perroquet pour finir par le faire copiner avec Nicolas Cage? Est-ce suffisant pour vous éveiller votre curiosité?

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.